Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
CH Montperrin
109 avenue du petit barthelemy
13100 Aix-en-Provence
STANDARD : 04.42.16.16.16

Actualité CH Montperrin

Journée du Patrimoine 14-15-16 septembre 2018





D'une architecture à l'autre (1867-2018)

 

Pour la quatrième année consécutive, le Centre Hospitalier Montperrin, en partenariat avec l'IFSI, va ouvrir ses portes lors des journées européennes du patrimoine qui se dérouleront les 14, 15 et 16 septembre 2018.  La thématique retenue par le service culturel de la ville d'Aix-en-Provence est « Le décor dans tous ses états ».

Le service Documentation-Archives a profité de cette thématique pour relater, à travers la projection d'un film le 14 septembre à 17h30, un chapitre de notre histoire peu connu du grand public voire des  acteurs de la psychiatrie eux-mêmes :  la mort de milliers de malades mentaux dans les « asiles d'aliénés » pendant la Seconde Guerre mondiale.

Entre 1940 et 1945, les murs des hôpitaux psychiatriques, y compris de notre établissement, ont servi « de décor » à une effroyable tragédie où des milliers de personnes internées sont mortes de dénutrition. Les historiens évoquent 45 000 victimes dont la plus célèbre est Camille Claudel décédée en 1943 à l'hôpital psychiatrique de Montfavet. La plupart des victimes furent enterrées dans l'anonymat.

Dans le documentaire, « L'Hécatombe des fous » : 45 000 malades mentaux morts de faim sous le régime de Vichy» la journaliste Elise Rouard tente d'éclaircir cette zone d'ombre de l'Histoire de France. A travers une enquête fouillée (elle a consulté des archives, des registres, des dossiers médicaux, des lettres de famille), la réalisatrice, donne à entendre plusieurs témoins (soignants, familles de victimes) en mesure de raconter le quotidien des patients sous l'Occupation. Avec l'aide d'historiens de la psychiatrie, elle tente de comprendre comment un tel drame a pu se dérouler dans des lieux censés « prendre soin » et protéger les plus fragiles d'entre nous.

Le calvaire de ces malades a constitué un véritable « électrochoc » pour les médecins psychiatres qui furent impuissant face à ce drame. Cela a renforcé la prise de conscience politique de nombre d'entre eux dont Lucien Bonnafé, Jean Oury et François Tosquelles. Ces psychiatres réformateurs ont décidé, au sortir de la guerre, de mettre un terme à l'organisation asilaire et d'humaniser les hôpitaux psychiatriques en les ouvrant sur la ville. C'est la naissance de la Psychiatrie Institutionnelle et la mise en place de la politique de sectorisation psychiatrique.

L'architecture occupe une place essentielle dans l'histoire de la psychiatrie. L'évolution de la prise en charge de la maladie mentale a eu une forte incidence sur la transformation de l'architecture hospitalière et en particulier sur celle des centres hospitaliers spécialisés.

En 1818, Jean-Etienne ESQUIROL, écrivait :

 « Le plan d'un hospice d'aliénés n'est point une chose indifférente et qu'on doive abandonner aux seuls architectes ; le but d'un hôpital ordinaire est de rendre plus faciles et économiques les soins donnés aux indigents malades. Un hôpital d'aliénés est un instrument de guérison ».

Le patrimoine architectural et arboré du Centre Hospitalier Montperrin témoigne de cette évolution de la prise en charge de la maladie mentale.

Les pavillons du XIXe siècle racontent le passé asilaire de l'hôpital tandis que l'extension vers le sud, avec les quatre pavillons du PIGONNET datant de 1957, a été conçue comme devant répondre aux nouvelles modalités de prise en charge des malades préconisées par la Psychiatrie Institutionnelle.

Montrer un espace de vie, de travail et de prise en charge de la maladie mentale, toujours en évolution, lors des journées du patrimoine semble important.

L'évènement contribue à ouvrir un peu plus l'hôpital sur la ville.  Il s'agit de permettre au public, non confronté à la maladie mentale, d'entrer dans un Centre Hospitalier spécialisé. Cette ouverture participe, nous l'espérons, à faire tomber les préjugés sur les personnes souffrant de troubles psychiatriques.

 

Le programme prévu :

 

  • Projection du film « L'Hécatombe des fous » : 45 000 malades mentaux morts de faim sous le régime de Vichy » le vendredi 14 septembre à 17h30 (salle Gaujoux)

 

La réalisatrice ne pouvant, pour des raisons de santé être présente lors de la projection, c'est Monsieur Castelli, ancien infirmier à Montfavet, témoin de ce drame, qui viendra répondre à vos questions (sous réserve)

 

  • Des visites guidées sont organisées les :

 

    • Samedi 15 septembre à 11h et à 14h
    • Dimanche 16 septembre à 11h et à 14h

 

Venez nombreux car Xavier Riboulon vous fera partager sa passion des jardins et ses connaissances en botanique !.